Alaska – du 1er au 19 septembre 2018

Alaska…

Le nom même résonne comme aventure, grands espaces
Appelé ainsi par les Aléoutes, Alaska signifie « continent»; ces étendues sauvages couvrent plus de 1,7 millions de km², soit plus de 3 fois la superficie de la France. Et dans ce «bush», ne vivent que 731 000 habitants.
L’Alaska continental est riche de son pétrole exploité vers le Cercle polaire arctique. Cette région est également riche de ses 3000 rivières et du fleuve Yukon qui traverse le pays : il fut l’une des grandes routes de la ruée vers l’or. Aujourd’hui les grandes cordillères montagneuses couvertes par 41 000 km² de glaciers attirent des touristes par centaines de milliers, surtout vers le Parc national de Denali, le sommet le plus élevé d’Amérique du Nord avec ses 6194 mètres d’altitude. Plus au Sud, l’Alaska court le long de la côte en une immense « queue de poêle » lacérée par les fjords : sur 860 kilomètres, c’est la Route maritime intérieure. 70 glaciers s’y jettent en mer, entre des montagnes habillées de forêts immenses voilées par les brumes du Pacifique et aux eaux d’une exceptionnelle richesse, attirant loutres, otaries, phoques, ours, baleines. Sur les pentes les chèvres des Rocheuses, ours noirs et aigles pêcheurs sont régulièrement observés.
À l’Ouest, l’Alaska se prolonge par la péninsule et Katmaï, puis les îles aléoutiennes, qui font partie de la Ceinture de feu du Pacifique. Les volcans y sont nombreux et parmi ces paysages, la vallée des 10 000 fumées constitue l’un des hauts lieux de la volcanologie au monde. Les rivières y attirent les saumons qui viennent s’y reproduire, donnant aux grizzlys l’occasion de somptueux festins. La croisière et l’extension vous font pénétrer l’Alaska des animaux, de la nature, en alliant la saison favorable aux observations et photographies des ours à celle des baleines qui sont nombreuses dans ces eaux. À l’exception de Juneau, Sitka et Anchorage qui sont les 3 villes chargées d’histoire et «qu’il faut voir», nous n’irons que dans les lieux où forêts, indiens, cascades et glaciers sont rois : c’est pourquoi, là où il n’y a pas de routes, bateau et hydravions seront nos moyens de rejoindre les sites.

En savoir plus sur le site de Grands Espaces

About the author